Jan 26, 2017 11:09 AM ET

Récolter la paix: comment le développement rural fonctionne pour la prévention des conflits

iCrowdNewswire - Jan 26, 2017

Par Josefina Stubbs

SANTO DOMINGO, République dominicaine et ROME, 23 janvier 2017 (IPS) – L’année 2016 a connu un flux massif de population, sans précédent dans sa portée. Des millions de personnes ont fui des communautés dévastées par la guerre, des catastrophes naturelles et de la violence, des camps de réfugiés des pays voisins, des traversées de mers périlleuses et des centaines de kilomètres pour atteindre des terrains plus sûrs. Des milliers de personnes sont mortes sur le chemin de la sécurité, d’innombrables autres ont été victimes de violence et d’abus, parmi lesquelles beaucoup de femmes et d’enfants.

 

Un accès équitable et réglementé au parc national du Mont Kenya contribue à dissiper les tensions entre les membres des communautés voisines du Mont Kenya qui se disputent les ressources naturelles de la forêt. Crédit: Anna Manikowska Di Giovanni

Les conflits et la violence forcent les gens hors de leur communauté, les laissant sans ressources ni moyens de recommencer. Ils bloquent la vie de millions de personnes, privant les adultes de leur dignité et des enfants de leur enfance. Selon les données les plus récentes du HCR, 65,3 millions de personnes ont été déplacées de force en 2015 et ce chiffre a augmenté à un rythme de 34 000 personnes par jour. Parmi ces réfugiés, 21,3 millions sont des réfugiés et la moitié d’entre eux ont moins de 18 ans. Les réfugiés exercent une pression énorme sur les pays d’accueil, où cette augmentation soudaine de la population expose leurs pays d’accueil à des pénuries alimentaires et à des possibilités d’emploi limitées.

Dans les zones rurales, le conflit a des conséquences dévastatrices. Étant plus peu peuplées et plus difficiles à policiers, les espaces ruraux offrent des refuges relativement sûrs pour les groupes violents pour gagner du terrain et fonder leurs opérations, terrorisant les communautés rurales dans le processus.

C’est une des façons dont les conflits et le développement rural sont liés. En fait, la relation entre les deux est complexe et étroitement liée. En plus d’affecter brutalement les communautés rurales, les conflits découlent souvent de la concurrence pour la terre et les ressources naturelles, comme l’eau. La pauvreté, le manque d’emploi et les possibilités d’un avenir meilleur alimentent le ressentiment et offrent aux extrémistes des terrains de recrutement fertiles. Lorsque le conflit éclate, le développement rural devient difficile, sinon impossible. Inversement, les zones rurales prospères sont plus résistantes aux conflits. Investir dans les zones rurales dans le but de renforcer les communautés rurales dans la production alimentaire, la création d’entreprises, les infrastructures productives ainsi que les infrastructures de base et l’atténuation des conflits aide à prévenir l’escalade des conflits, favorise la stabilité et réduit l’insécurité alimentaire résultant du déplacement massif des paysans.

 

Au Burundi, un projet d’élevage communautaire a contribué à renforcer la solidarité et à réduire les conflits entre les membres du village malgré une guerre civile violente. Crédit: Anna Manikowska Di Giovanni

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a une expérience considérable en matière de prévention des conflits et d’atténuation de son impact grâce à des investissements dans une transformation rurale inclusive et durable en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique latine. En investissant dans le développement rural, nous pouvons offrir aux populations rurales la possibilité de rester et la force de résister à l’apparition de la violence. En se concentrant sur la production agricole et le développement des entreprises rurales, les pays deviennent plus résistants aux pénuries alimentaires et à la dégradation des ressources naturelles. Ceci est particulièrement important dans les pays qui dépendent fortement des importations alimentaires et qui ont peu ou pas d’autonomie dans la production alimentaire. D’autre part, le développement des entreprises rurales offre des alternatives aux agriculteurs et aux producteurs pour diversifier leurs activités et leurs sources de revenus et investir dans leurs territoires, ce qui les rend plus susceptibles de survivre à de mauvaises récoltes ainsi qu’à des catastrophes naturelles ou causées par l’homme. La construction de centres ruraux d’activités économiques diverses est essentielle pour réduire la pression exercée par les zones urbaines fortement peuplées et créer des opportunités pour les jeunes de planifier leur avenir à la campagne.

Le développement est un processus complexe – un puzzle social, culturel, religieux, politique, économique et technologique dans lequel les pièces changent constamment de forme. L’investissement dans la transformation rurale inclusive renforce le tissu de la société qui va construire le puzzle et tenir les pièces ensemble pour les années à venir. Dans les zones de conflit, le travail et les investissements coordonnés de la communauté internationale sont cruciaux et doivent être orientés vers la fourniture des outils et des connaissances aux organisations rurales et aux institutions locales pour prendre en main le développement de leurs communautés. Il devrait aider les autorités locales et nationales à représenter les populations afin de créer des politiques qui favorisent une croissance durable et pacifique et à acquérir les compétences et les outils nécessaires pour négocier, appliquer et maintenir la paix et la sécurité. Tout en contribuant à la réalisation de l’Agenda 2030 pour le développement durable, il est également une obligation morale.

Josefina Stubbs est candidate au poste de Présidente du Fonds international de développement agricole (FIDA). Elle a été vice-présidente associée de la stratégie et du savoir de 2014 à 2016 et directrice de l’Amérique latine et des Caraïbes de 2008 à 2014.

Contact Information:

headquarters@ips.org

View Related News >