x

RSS Newsfeeds

See all RSS Newsfeeds

Global Regions

Africa ( XML Feed )

Oct 16, 2016 6:49 EST

Eradiquer la pauvreté – un but réalisable ou idéal noble?

iCrowdNewswire - Oct 16, 2016

Dr Kanayo F. Nwanze

Dr. Kanayo F. Nwanze is Président du Fonds international de développement agricole (FIDA)

ROME, 16 Octobre 2016 (IPS) – Le premier objectif de développement durable exige que nous terminions la pauvreté sous toutes ses formes partout en 2030. L’objectif et la date limite sont ambitieux – et ils ont besoin d’être. Nous n’avons pas le luxe du temps.

 

Président du IFAD, Kanayo Nwanze visite la ferme de légumes de Fanose Assafa en Ethiopie, créé avec l’aide d’un projet d’irrigation à petite échelle financé par l’IFAD. Elle est maintenant entièrement autosuffisante et a la sécurité alimentaire. Crédit: © IFAD / Abate Damte

La pauvreté est si enlacée avec la faim, les migrations, les déplacements forcés, les conflits et la dégradation de l’environnement que la priorité de son éradication est non seulement un impératif moral et économique, mais essentielle pour résoudre les problèmes mondiaux les plus pressants de notre époque.

Pour éradiquer la pauvreté, nous devons concentrer notre attention sur les zones rurales des pays en développement où trois quarts des personnes les plus pauvres et les plus affamés du monde vivent.

Les revenus de 2.5 milliards de personnes dans le monde dépendent encore directement sur les petites exploitations rurales, donc de développer la production agricole des petits exploitants et l’accès au marché est un point de départ essentiel.

En termes de pauvreté, la situation en Afrique sub-saharienne est particulièrement inquiétant. Bien que, selon la Banque mondiale, plus de 1 milliard de personnes ont été en mesure d’échapper à l’extrême pauvreté dans le monde entre 1990 et 2012, en Afrique subsaharienne la pauvreté absolue a augmenté depuis 1990 et on estime que 330 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

 

Ines Terodoro dos Santos, 17 ans, avec ses filles, Eliara, 14 mois, à droite, et Isabel, 3-ans, dans le jardin de la famille à la maison, dans Aldeia Segredo Velho, près de Ribeira do Pombal, dans l’état de Bahia , le Brésil, le mercredi 13 Avril, 2016. Crédit: © IFAD / Lianne Milton / Panos

Il est important de se demander pourquoi le continent n’a pas fait des progrès dans sa lutte contre la pauvreté, et ce qui peut être fait à ce sujet.

Les ressources naturelles comptent pour trois quarts des exportations totales de l’Afrique sub-saharienne, mais les milliards résultant de dollars de revenus ont eu un impact limité sur la réduction de la pauvreté.

Dans certains cas, la promotion de ces industries a été au détriment des investissements dans les études agriculture. Pourtant les études montrent que la croissance de l’agriculture est jusqu’à 11 fois plus efficace pour réduire la pauvreté que la croissance dans tout autre secteur en Afrique sub-saharienne.

Le potentiel de l’agriculture pour créer la prospérité pour des millions de personnes ne peut pas être sous-estimé. En fait, l’agriculture est le plus grand employeur dans le monde, en fournissant des moyens de subsistance pour près de 40 pour cent de la main-d’œuvre d’aujourd’hui à l’échelle mondiale, et 60 pour cent en Afrique.

Le potentiel inexploité sur le continent africain est énorme. Il a 25 pour cent des terres arables du monde et la moitié des terres adapté à la culture des cultures vivrières non cultivées du monde.

 

Certains membres de Nnedima coopérative de riz avec leur riz préparé en sac. La coopérative est compris de 10 femmes qui cultivent collectivement et préparent le riz. Les résultats ont été moins d’effort et des rendements plus élevés de riz de qualité grâce à l’appui des avantages coopératifs du programme de développement de la chaîne de valeur du IFAD. Crédit: © IFAD / Andrew Esiebo / Panos

La croissance de la population africaine de 2,7 pour cent signifie chaque année la demande alimentaire va doubler tous les 30 ans. Agriculture pourrait conduire le développement africain, améliorer la sécurité alimentaire et la croissance de l’emploi afin que les gens puissent sortir de la pauvreté et ne devront pas quitter les zones rurales à la recherche d’opportunités ailleurs.

Mais même avec tout ce potentielle l’agriculture n’est, malheureusement, pas la priorité de nombreux dirigeants africains. En 2003, les gouvernements africains se sont engagés à allouer 10 pour cent des ressources budgétaires nationales à l’agriculture et le développement rural dans les cinq ans. Seuls 13 pays ont atteint leurs objectifs d’ici à 2012.

Au lieu de développer son propre secteur agricole, le continent dépense 35 milliards $ américains sur les importations de produits alimentaires par an – l’argent qui pourrait être investi dans la création de l’emploi intérieur, en particulier dans les zones rurales.

Trop souvent, les dirigeants espèrent la croissance économique seule va entraîner une réduction de la pauvreté – mais l’un ne conduit pas automatiquement à l’autre. Le mois dernier, le Fonds international de développement agricole (FIDA) a publié Le Rapport sur le Développement Rural 2016, qui a analysé le développement rural, la transformation et la réduction de la pauvreté dans plus de 60 pays en développement.

L’une des conclusions centrales de l’étude est que les politiques ciblées à transformer les zones rurales sont essentielles pour éliminer la pauvreté.

Des politiques qui favorisent une plus grande productivité agricole et des excédents commercialisables, élargi les possibilités d’emploi non agricole et un meilleur accès aux services et aux infrastructures. Ces choix politiques et d’investissement doivent être pris. Ils ne se produisent pas eux-mêmes.

L’expérience du FIDA sur près de quatre décennies a montré que lorsque les populations rurales ont un accès fiable à la terre et aux autres ressources naturelles, le fonctionnement des infrastructures, des technologies, des finances et des marchés, alors les deux leurs moyens de subsistance et leurs communautés prospèrent, contribuant de manière significative à la croissance économique.

Une fois que nous voyons les petits agriculteurs comme des entrepreneurs ruraux et leurs exploitations comme des entreprises viables et rentables, l’importance d’investir dans l’agriculture pour assurer que ces entreprises prospèrent devient évidente.

Le résultat: les zones rurales deviennent des centres dynamiques de l’emploi et la prospérité et les quelque 600 millions de jeunes dans les pays en développement qui seront à la recherche d’emplois au cours de la prochaine décennie ne sera pas nécessaire de migrer vers les zones urbaines ou au-delà des frontières de leurs comtés pour trouver des opportunités ailleurs.

Bien sûr, l’éradication de la pauvreté est non seulement la responsabilité des gouvernements. Il exigera que tous les acteurs, les investisseurs nationaux -Les agriculteurs le long des chaînes de valeur alimentaire, les institutions de recherche, les organismes de développement, les établissements d’enseignement et d’autres – de travailler ensemble pour atteindre cet objectif commun.

Avec un leadership visionnaire, des investissements et des politiques ciblés, et de l’effort coordonné, l’éradication de la pauvreté est non seulement un idéal noble. Il est possible – mais il faut reconnaître l’urgence et agir maintenant.

Contact Information:

[email protected]

View Related News >
support