x

RSS Newsfeeds

See all RSS Newsfeeds

Global Regions

Global Regions ( XML Feed )

Sep 14, 2015 2:52 EST

FAO: El Niño provoque de grosses pertes de récoltes en Amérique centrale

iCrowdNewswire - Sep 14, 2015

Les agriculteurs réclament une aide après deux ans de sécheresse

Photo: ©AFP PHOTO / Jose CABEZAS

Cette année, El Salvador est l’un des pays d’Amérique centrale les plus touchés par El Niño
Rome – Suite à la sécheresse prolongée liée au phénomène El Niño qui a sérieusement entamé les productions céréalières du Salvador, du Guatemala, du Honduras et du Nicaragua, nombreux sont les agriculteurs qui nécessitent une assistance alors que la sous-région s’efforce de surmonter cette situation, a déclaré la FAO aujourd’hui.Pour la deuxième année consécutive, la récolte céréalière de la campagne principale, qui s’étend de mai à septembre, a été gravement affectée.

 

Le Conseil agricole d’Amérique centrale – dirigé par les ministres de l’agriculture de la sous-région – a proclamé l’état d’alerte après que des centaines de milliers de petits paysans ont perdu une partie ou la totalité de leurs récoltes.

D’après les premières estimations, les pertes de production seraient de 60 pour cent pour le maïs et de 80 pour cent pour les haricots, dues à la sécheresse provoquée par El Niño, phénomène climatique caractérisé par un réchauffement anormal des eaux de surface dans l’océan Pacifique oriental qui retarde les semis, réduit les superficies cultivées et freinent le développement des cultures.

Efforts de redressement

Face aux graves pertes alimentaires, les gouvernements d’El Salvador, du Guatemala, du Honduras et du Nicaragua ont commencé à distribuer des kits agricoles comprenant des semences, des engrais et des pompes d’irrigation, afin d’aider les paysans autant que possible durant la deuxième campagne de semis, actuellement  en cours.

Trois pays sur quatre ont même lancé des distributions d’aide alimentaire directe aux familles pour faire face aux graves pénuries.

“Cette année, les impacts d’El Niño se sont encore intensifiés par rapport à l’an dernier. Après deux ans de vagues de sécheresse, il est urgent d’aider les agriculteurs à récupérer une partie de leurs pertes en leur donnant les moyens d’obtenir de meilleurs rendements durant la deuxième campagne”, explique Felix Baquedano, économiste de la FAO au Service mondial d’information et d’alerte rapide (SMIAR), responsable de l’Amérique latine.

Pendant ce temps, les agriculteurs sèment les cultures de la campagne secondaire dans des conditions exceptionnellement arides.

Si les conditions El Niño se prolongent jusqu’en début d’année 2016 comme il est fort probable, la production de la deuxième campagne risque d’être également restreinte par la vague de sécheresse.

Pertes

Avec 3 millions de tonnes pour toute la sous-région, la récolte de maïs devrait être nettement inférieure à la moyenne et en recul de 8 pour cent environ sur le résultat déjà compromis de l’an dernier.

Les baisses de production seront particulièrement marquées au Salvador et au Honduras, deux pays où les pluies irrégulières ont causé la destruction de 60 pour cent du maïs. Au Salvador, les pertes sont estimées à 28 millions de dollars en semences, engrais, pesticides et préparation des sols. Le Honduras a perdu en outre 80 pour cent de ses cultures de haricots.

Le Guatemala aurait perdu quelque 80 pour cent des récoltes, notamment 55 000 tonnes de maïs et 11 500 tonnes de haricots, touchant plus de 150 000 familles. Si les paysans ont encore une chance de compenser une partie des pertes de haricots grâce à la deuxième campagne, les pluies insuffisantes risquent d’empêcher la maturation du maïs et, par conséquent, le recouvrement de ces pertes.

Au Nicaragua, selon les premières estimations, 50 pour cent des superficies ensemencées totales ont été endommagées, voire la totalité dans les régions les plus touchées du pays.

Répercussions sur les prix

Les pays de la sous-région ont augmenté leurs importations de denrées alimentaires de base en provenance d’autres zones d’Amérique latine pour accroître l’offre et maintenir la stabilité des prix.

Au Salvador, au Honduras et au Nicaragua, les prix du maïs ont été sensiblement supérieurs à ceux de l’an dernier – avec des hausses allant jusqu’à 20 pour cent au Honduras. Le Guatemala est le seul pays du couloir sec à être parvenu à maintenir la stabilité des prix depuis le mois d’août 2014 grâce aux importations du Mexique et à l’amélioration des disponibilités avec la récolte de 2015 en cours.

La réponse de la FAO

Au Guatemala, où les pertes de récoltes ont déclenché des distributions de nourriture à quelque 110 000 familles, la FAO aide le gouvernement à renforcer les systèmes d’alerte rapide et à instituer des plans de gestion, et à donner l’accès aux agriculteurs aux semences et à une formation pour accroître la résilience du pays face aux effets d’El Niño.

La FAO est en train de mobiliser d’autres ressources pour dispenser une aide directe à la production et soutenir les systèmes alimentaires et nutritionnels au Honduras, tout en continuant à aider le gouvernement du Salvador dans sa stratégie à long terme afin d’adapter l’agriculture locale aux impacts du changement climatique.

Le “couloir sec” d’Amérique centrale est une région semi-aride qui s’étend des plaines du bassin versant du Pacifique jusqu’aux contreforts du Guatemala, du Salvador, du Honduras, du Nicaragua et d’une partie du Costa Rica. Il couvre près d’un tiers du territoire d’Amérique centrale et se caractérise par des sécheresses à repetition.

 

 

Journalistes & rédacteurs: Pour obtenir photos, clips audios, matériel vidéo & b-roll, contacter: (+39) 06 570 53625 ou [email protected]. Outils en ligne: Photos sur le compte FAOnews Flickr Salle de presse de la FAO Communiqués de presse – Flux RSS Suivez-nous sur twitter: @FAOnews | @grazianodasilva Ce communiqué de presse a été publié par le Bureau Relations avec les médias de la FAO.

 

www.fao.org

 

 

Via iCrowdNewswire
View Related News >
support